Rechercher
  • Aurore Ponsonnet

Petite leçon de français : l'impératif
















« Viens ! » ; « Approche-toi ! » ; « Dites-moi tout ! » ; « Allons-y ! » ; « Suivez cette voiture ! »


C’est le mode ? IMPÉRATIF (oui, je crie) !

1. On l’utilise pour : un ordre, un conseil, une suggestion, une interdiction, une prière.


2. On ne le conjugue qu’à trois personnes (toi, nous, vous).

Exemples :

a. Prendre : prends ; prenons ; prenez.

b. Dormir : dors ; dormons ; dormez.

c. Grandir : grandis ; grandissons ; grandissez.


3. Le verbe n’a pas de sujet.

> « Tu chantes » : indicatif ; « Chante » : impératif.

> « Nous allons chanter » : indicatif ; « Allons chanter » : impératif.


À la 2e pers. du sing., il y a deux terminaisons possibles :

- E (1er groupe et quelques autres verbes irréguliers du 3e groupe)

- S (2e et 3e groupes)

Ah, et une fois un A (va).


La conjugaison de la 2e personne du singulier de l'impératif est finalement calquée sur la 1re personne du singulier de l'indicatif.

Observez :

Présent de l'indicatif (1re personne) : je chante, je mets, je finis, j'écoute, je cueille, je fais, je grandis, j'apprends, je résous, je convaincs, j'ouvre.

Présent de l'impératif (2e personne) : chante, mets, finis, écoute, cueille, fais, grandis, apprends, résous, convaincs, ouvre.


Exemples :

a. Chante, danse et mets tes baskets !

b. Va voir là-bas si j’y suis.

c. Sache que je te kiffe !

d. Finis ton goûter et prends ton manteau.


Verbes irréguliers :

a. Être : sois, soyons, soyez.

b. Avoir : aie, ayons, ayez.

c. Savoir : sache, sachons, sachez.

d. Aller : va, allons, allez.


On écrit « Regarde ! Le petit oiseau va sortir », mais « Tu regardes par ici ». Pourtant, les deux sont conjugués à la 2e personne du singulier ! Mais pas au même mode.

Figurez-vous qu’à une certaine époque, la présence du s était fluctuante à l’impératif.

On trouvait tantôt « penses à moi (comme je t’aime) », tantôt « pense à moi ».

À la Renaissance : stop ! On choisit :

Le s disparaît à l’impératif (enfin, pour les verbes qui se terminent par e ou a seulement, sinon, ce n'est pas drôle) (ex. : va, aie, cueille, sache, mais prends, cours, jouis).


4. Le pronom attaché au verbe :

Mais que faire quand un pronom complément suit le verbe ? Hein ? D'abord, on les relie par un trait d'union. Et ensuite, regardez plutôt :

a. Regarde > regarde-moi.

b. Demande > demande-le-lui.

c. Parle > parle-lui.

d. Sache > sache-le.

...

e. Va > vaS-y.

f. Aie > aieS-en.

g. Parle > parleS-en.


Mais pourquoooooooiiiii ?

Eh bien pour l’EUPHONIE (harmonie de sons agréablement combinés).

Ce s qu’on mettait avant nous arrangeait bien pour la liaison !

D’ailleurs, avec les autres verbes, il nous arrange bien : finiS-en, prendS-en, soiS-en certain, courS-y.

Mais pas : va-y, donne-en, parle-en...


Alors ? À l’impératif, on enlève le s après le e et le a... sauf s’ils sont suivis des pronoms « en » et « y » : vas-y, donnes-en, parles-en. (En vrai, on a laissé le s qui nous arrangeait bien)


5. Dernières subtilités :

Parfois, le « en » n’est pas un pronom, mais une préposition, et là, pas de trait d’union, pas de liaison :

> File [en Italie] et rapporte-moi une gondole.


Parfois, le « en » est un pronom, mais relié à un autre verbe (à l’infinitif).

> File [en parler] à ton cheval.


Parfois, le « y » est relié à un autre verbe aussi.

Va [y casser] des noix. (= casser des noix où ?)

Va [y penser] dans un coin. (= penser à quoi ?)


On pourrait aussi écrire (et dire) :

Vas-y casser des noix.

Mais c'est moins évident. Cela signifierait que « y » complète « aller ». ( = aller quelque part casser des noix)


C'est compris ?

69 vues